Comment organiser un mariage juif ?

Dans la religion juive, le mariage symbolise l’union d’un homme et d’une femme pour fonder une famille, dans l’épanouissement et la fidélité. La fête doit donc être à la hauteur de cette alliance d’importance toute particulière ! Alors, suivez nos conseils pour vous préparer à ce rituel avec sérénité.

Les conditions requises pour le mariage juif

Saviez-vous qu’un mariage juif ne peut pas être célébré le jour de Shabbat autrement dit le samedi, ni un jour de fête, de jeûne ou pendant la période de l’Omer ? Voici les autres éléments à connaître avant de préparer la cérémonie :

La religion

La disparité de culte n’est pas admise. Ainsi, le futur marié – le Hatan – ne doit pas épouser une personne non juive. Si tel est le cas, la future mariée – la Kala – devra se convertir au judaïsme. Il s’agit d’un acte de foi et non d’une simple formalité ouvrant le droit de se marier. Il faut cependant prendre conscience que cette démarche reste fastidieuse et peut durer plusieurs années.

État marital

Se marier religieusement implique au préalable que le couple se soit dit « oui » à la mairie car, selon le droit talmudique, « la loi du pays est la loi ». En outre, un premier mariage à la synagogue ne constitue pas un obstacle à votre future union dès l’instant où le jugement du divorce a été rendu. Vous devrez alors fournir un acte de divorce, que l’on appelle le Guet, et encore faire preuve d’un peu de patience compte tenu du délai de viduité de 91 jours, ceci afin d’éviter les éventuels conflits de filiation paternelle.

Le Mikvé

La veille du mariage, la future mariée devra se tremper au Mikvé dans le but de nettoyer les impuretés et autres péchés. Cette cérémonie traditionnelle consiste en un bain purificateur qui se déroule dans une salle en présence des femmes de la famille et des amies, de la Balanite qui s’assure que les règles du judaïsme sont scrupuleusement respectées pendant tout le temps de l’immersion.

Prévoir la date et le lieu du mariage

Il est vivement recommandé de s’y prendre au moins un an à l’avance pour éviter toute déconvenue. Vous allez d’abord devoir fixer un rendez-vous à la mairie afin de convenir de la date du mariage civil. Notez que la fiancée ne peut pas se marier durant son cycle menstruel, ni pendant les sept jours suivants, pour garantir une pureté absolue. Alors, mesdames, à vos calculs ! Puis, il sera temps de vous lancer en quête du lieu de réception et de procéder sans attendre à sa réservation. Pensez malgré tout à vérifier que la salle ait une hauteur sous plafond de 2,50 mètres pour le port de la chaise !

Constituer un dossier de mariage

Une fois la date et le lieu du mariage établis, demandez au Consistoire de vous transmettre le dossier de mariage. Remplissez-le et faites-le signer par le rabbin qui officialisera votre Ketouba avant de le renvoyer, accompagné des documents suivants :

  • l’acte de mariage civil ;
  • un extrait d’acte de naissance ;
  • le livret de famille des parents pour prouver votre judéité ;
  • l’acte de mariage religieux de vos parents. Sinon, le nom du rabbin qui les a mariés, la date et le lieu de leur union peut suffire ;
  • le certificat de Mikvé ;
  • pour les étrangers, un certificat de célibat.

Prendre contact avec un traiteur cacher et un DJ oriental

Un traiteur respectueux des traditions et reconnu pour la qualité de ses plats kasher est l’assurance de régaler tous les convives. Et pour que le Seoudat Mitzva soit des plus festifs, un disc-jockey est indispensable ! Musique klezmer, hébraïque, hassidique : votre DJ suivra rigoureusement les coutumes, depuis le Mazal Tov à l’entrée dans la salle pour faire danser toutes les générations jusqu’au petit matin.

Si vous rêvez de vous marier sous le dais nuptial en toute sérénité, faites appel à Greganim pour l’organisation de votre mariage de confession juive !