Brantôme & Nouvelle-Aquitaine : État des lieux du marché de l’immobilier

Brantôme & Nouvelle-Aquitaine : État des lieux du marché de l’immobilier

D’après une étude du Crédit Foncier, le marché immobilier se porte bien dans la région Nouvelle-Aquitaine et devrait poursuivre son élan dans les mois qui viennent. On en veut pour preuve l’augmentation du nombre de permis de construire qui a grimpé de 8 % l’an passé, mais également celui des logements construits qui a progressé de plus de 15 % à la même époque. Il faut dire que le marché immobilier enregistre de belles avancées dans le pays, comme nous l’indique d’ailleurs Detective Banque, notamment en raison des taux de crédit immobilier particulièrement bas et des mesures entreprises par le Gouvernement comme le prêt à taux zéro ou la loi Pinel.

Des disparités importantes selon les départements

On remarque toutefois que le marché de l’immobilier en Nouvelle-Aquitaine est loin d’être homogène, avec des disparités conséquentes selon les régions. Par exemple, la Gironde est un département qui pèse pour environ 40 % du marché, avec une hausse de près de 4 % l’an passé. Cela s’explique par le fait que ce département abrite la ville de Bordeaux qui centralise une part importante des constructions de logements dans la région. On observe également que la Gironde ainsi que les départements des Pyrénées-Atlantiques, de la Charente-Maritime et des Landes se partagent près de 75 % du marché immobilier ancien de la région, une situation qui trouve sa source dans l’attractivité des zones géographiques côtières aux yeux des investisseurs.

Certains départements, plus modestes, ont également enregistré des hausses importantes, comme c’est par exemple le cas pour la Creuse qui pèse 1 % du marché en Nouvelle Aquitaine et qui a été témoin d’une hausse des ventes de bien immobiliers anciens de 67 % l’an passé, ou encore de la Corrèze qui capte 2 % du marché en ayant profité d’une augmentation de 25 %. Il en va de même pour des départements comme la Charente (3 % du marché et +15%), le Lot-et-Garonne (3 % du marché et +13%) ou encore de la Haute-Vienne (4 % du marché et +10%) et de Vienne (4 % du marché et +9%).

En revanche, certains départements sont plutôt caractérisés par une stabilité du marché immobilier à l’instar de la Dordogne qui pèse pour 4 % du marché régional en ayant enregistré une très légère baisse de 0,1 % l’an dernier pour ce qui est du marché de l’ancien.

Faut-il investir en Nouvelle-Aquitaine ?

Étant donné la grande disparité existant dans cette région, les caractéristiques du marché immobilier sont très différentes d’un département à un autre et d’une ville à une autre. Aussi, certaines zones géographiques seront caractérisées par des prix au mètre carré élevés tels que par exemple Bordeaux qui s’avère être la 3ème ville française la plus chère, ou encore La Rochelle et Bayonne. D’autres villes et départements jouissent quant à eux d’une meilleure accessibilité à l’instar de la Dordogne et de villes comme Brantôme, qui peuvent être à privilégier dans une optique d’investissement immobilier à prix attractifs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *